OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
 
Friendship Euro-Amazigh

François Alfonsi

Député au Parlement Européen

En ma qualité de député au Parlement Européen et Président du friendship Euro-Amazigh, j’organise régulièrement des rencontres sur une thématique concernant la question amazighe.

Dans ce cadre, j’ai le plaisir d’inviter les associations et personnalités qui oeuvrent dans ce domaine, à une rencontre-débat le 15 décembre 2011 à 17h, à l’Assemblée Nationale à Paris.

Je présenterai un compte rendu succinct de ma récente visite en Libye (Zwara, Tripoli, Yefren) et débattrai avec vous, des perspectives démocratiques dans ce pays. Les questions relatives à la situation du berbère en France et en Europe seront également évoquées.

J’aurai également le plaisir d’avoir à mes côtés Eva Joly, députée au Parlement Européen et candidate à l’élection présidentielle française, qui a déjà pris position en faveur de la langue et la culture amazighes, avec qui vous pourrez également dialoguer.

La réunion aura lieu au 5ème bureau, entrée par le 126, rue de l’Université, 75007 Paris, métro «Assemblée Nationale» ou «Invalides», (pièce d’identité obligatoire à présenter à l’entrée).

L’inscription est obligatoire et à faire avant le 12 décembre 2011 auprès de :

-         mes services : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
-  ou Congrès Mondial Amazigh : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Au plaisir de vous rencontrer le 15 décembre.

Bruxelles, le 18/11/2011

François Alfonsi.

 
Disparition de notre compagnon de lutte

Ali Mamès, une vie pour Tamazight 

Ali Mamès vient de s’éteindre à l’âge de 80 ans des suites d’une longue maladie.

Le Congrès Mondial Amazigh, ses instances et ses membres, partagent la douleur et la tristesse de son épouse, de ses enfants, de sa famille élargie et de ses amis, auxquels ils adressent leurs plus sincères condoléances. La disparition de Dda Ali est une perte irremplaçable pour la cause amazighe.

Ali Mamès, membre du Congrès Mondial Amazigh depuis ses débuts, a soutenu et accompagné le CMA dans ses nombreuses activités internationales. Dda Ali a participé à tous les congrès du CMA sauf le dernier, tenu en octobre dernier à Djerba, en Tunisie, à cause de la maladie qui l’a cloué au lit. Mais comme toujours, sa femme et ses enfants étaient présents car Dda Ali y tenait. A Djerba, sa voix réconfortante, ses encouragements, ses conseils et sa sagesse nous ont beaucoup manqué.

Pour les militants Amazighs qui l’ont connu, il restera un exemple d’homme sincèrement engagé en faveur de la cause amazigh avec des qualités humaines de bienveillance, de solidarité, d’intégrité et de courage. Rares sont les Amazighs de sa génération qui se sont engagés comme il l’a fait, de manière ouverte, décomplexée et déterminée. Durant les réunions et conférences organisées par le CMA, il était toujours là pour apporter son témoignage de lutte, pour appeler à l’union des Amazighs et pour exhorter les jeunes militants à persévérer dans le combat car « Tamazight est une cause légitime, juste et noble » disait-il.

Le CMA recommande aux jeunes générations de ne pas oublier le message de Dda Ali et de poursuivre obstinément l’action jusqu’à la restauration pleine et entière des droits politiques, socioéconomiques, culturels et linguistiques des Amazighs dans tous les pays de Tamazgha. C’est la meilleure manière de rendre hommage à Dda Ali et aux autres illustres militants Amazighs aujourd’hui disparus.

Soyons nombreuses et nombreux à l’accompagner le 9 novembre jusqu’à sa dernière demeure dans son village natal de Icharaiwen, Tizi-Rached, en Kabylie.

Paris, 25/10/2961 – 6/11/2011

Le Bureau Mondial, le Conseil Fédéral et tous les membres du CMA

 
Tunisie

Tunisie : perspectives inquiétantes

Le 23 octobre 2011 la Tunisie a connu le premier scrutin à priori démocratique de son histoire. Les premiers résultats semblent donner l’avantage au mouvement islamiste Ennahda.

Faisant de l’identité de la Tunisie sa priorité, M. Ghanouchi, chef de ce mouvement islamiste, proclame : «Nous sommes arabes et notre langue c'est la langue arabe». Parle t-il au nom de sa personne ou au nom de tous les tunisiens ? En tout cas, il est utile de lui rappeler qu’historiquement la Tunisie est une terre d’abord amazighe (comme tout le reste de l’Afrique du Nord d’ailleurs) et qui a connu de nombreuses invasions de peuples et de civilisations d’origine européenne et orientale. La plupart de ces peuples ont cherché à s’imposer par la force et en tentant d’éradiquer la langue et de la culture amazighes autochtones. Mais malgré des siècles de génocide culturel, il subsiste aujourd’hui encore plusieurs millions de Tunisiens de souche amazighe, dont environ un million de locuteurs. Ceux-là ne sont certainement pas des arabes et leur langue n’est pas l’arabe. M. Ghanouchi qui a passé 20 ans de sa vie en Grande Bretagne ne connait visiblement pas bien son pays. Nous lui accordons volontiers la liberté de se définir comme il l’entend mais il ne peut dénier à d’autres Tunisiens de se définir comme Amazighs.

Les araboislamistes utilisent sciemment un discours aux relents intolérants et xénophobes pour galvaniser les foules et accéder au pouvoir démocratiquement pour mettre ensuite la main sur les rouages de l’Etat. Ils auront ainsi détourné la révolte d’une jeunesse assoiffée de justice et de liberté, pour satisfaire les intérêts étroits du clan le plus conservateur de la société. Cela est inquiétant pour l’avenir du pays.

Les Amazighs (Berbères) dont la culture est empreinte de sécularité et qui sont toujours à l’avant-garde des combats démocratiques, continueront d’agir de manière déterminée, en Tunisie comme ailleurs, en faveur des principes et des valeurs qui fondent le progrès humain.

Le Congrès Mondial Amazigh appelle les institutions démocratiques de par le monde, les peuples épris de justice et de paix, les organisations de la société civile et les citoyen-ne-s, à se mobiliser pour accompagner la Tunisie vers une réelle démocratie et pour lui éviter toute forme de régression. Il y va de l’intérêt de toute la région Euro-Méditerranéenne.

Paris, 15/10/2961 - 27/10/2011

Le Bureau du CMA

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir


 
 
Suite...
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 29 - 32 sur 87